logo de TransforMice Fansitebannière de TransforMice Fansite

Histoire qui fait peur :sournois:forum La souricière


Coucou!

Pour ce topic on post des histoires qui font peurs. Kazae, si tu trouves que ce topic n'est pas conforme, supprime-le.

Pour éviter les traumatismes, je déconseille les lectures aux moins de 12a.
Voila! Je vais chercher des histoires, mais j'aimerais que les trois premiers posts n'en contiennent pas, histoire que les - de 12a ne les voient pas.Celui qui lit ça est un salami amputé. lulz.
Les moins de 12 ans ?
*regarde le profil de Lolsbine*
Lolsbine, tu sors. :hap:Saidi n'est pas dieu, mais on s'en rapproche. - Sloganazor.com :cool:
Bien dit. xD
J'allais le dire. :hap:
C'est juste déconseillé, je connais mes limites, j'ai regardé Vendredi 13 et Freddy...
On peux poster maintenant :oui:Celui qui lit ça est un salami amputé. lulz.
*Second post HS*
«j'aimerais que les trois premiers posts n'en contiennent pas, histoire que les - de 12a ne les voient pas.»
Je crois qu'on s'est bien débrouillés, non ? :noel:Saidi n'est pas dieu, mais on s'en rapproche. - Sloganazor.com :cool:
C'est l'histoire d'une femme qui regarde les infos avec son chien et elle entend qu'un homme s'est échappé d'un asile. Elle va se coucher avec son chien. Dans son lit elle entend un bruit (un cri) et vérifie que son chien est bien là: il lui lèche la main. Le matin, elle va prendre une douche et en entrant dans la baignoire elle découvre son chien égorgé et voit écrit sur le miroir avec le sang du chien:
LES HOMMES AUSSI PEUVENT LÉCHER.
O.o
:peur:
Moi mon histoire c'est : BOUH !!!!! :peur:ONCH ONCH KOM J'M LES CHISE BEURGEUR :hap:
Laissez moi vous racontez cette histoire. Les faits se sont déroulés il y a de cela une décennie au sein d'un petit village de campagne, dont le nom m'échappe.
A la sortie de ce-dit bourg, se trouve un petit pavillon à la lisière d'un bois. Si je parviens à me remémorer le nom de ce village, et que vous preniez le soin de vous y rendre, vous constaterez que cette demeure existe toujours, mais laissée à l'abandon. Ce qui n'est pas surprenant à la connaissance des évènements que je m'en presse de vous conter.

Nous sommes tard en cette nuit tragique. Les enfants étaient couchés et endormis laissés à la garde d'une jeune étudiante faisant office de baby-sitter.
« Les parents ont vraisemblablement prolongé leur soirée. » se dit la nurse. Elle referma la porte de la chambre qu'elle venait d'entrebâiller pour s'assurer que les enfants dormaient à point fermé. Elle descendit l'escalier et se posa dans le salon. Bien installée devant la télévision, elle commençait à piquer du nez avant de sursauter. Le téléphone sonnait.

« Il est temps de monter voir les enfants ! » Souffla une voix lugubre à l'autre bout du fil avant de raccrocher.

La jeune fille supposa tout d'abord une mauvaise blague des parents qui visiblement avaient abusé de boisson. Elle souriait en s'asseyant dans le fauteuil qu'elle venait de quitter. Ces yeux étaient clos depuis quelques instant quand la sonnerie du téléphone se fit de nouveau entendre.

« Pourquoi n'es-tu pas monter voir les enfants ! » Sifflait la même voix à glacer le sang.

La baby-sitter claqua le combiné téléphonique. Elle glissa deux pas en arrière, son souffle était coupé. Elle fixa longuement le téléphone comme hypnotisée. Son cœur manqua de s'arrêter alors que la sonnerie retenti de nouveau dans ce pavillon où régnait un calme limpide.

« Arrêtez votre blague ! Vous me faites peur ! Ce n'est plus ... » s'exclama l'étudiante affolée, le corps tremblant, avant d'être coupée par l'homme.
« Viens voir les enfants ! Viens voir les enfants ! »

La jeune fille raccrocha aussitôt et composa le 17. Haletante, elle racontait ses déboires à la Police. La voie rassurante de la standardiste attesta qu'un équipage allait intervenir au plus vite.


Dix minutes plus tard, le téléphone sonna de nouveau. La baby-sitter eu quelques hésitations avant de prendre l'appel. A l'autre bout, la standardiste de la police.

« Sortez, Mademoiselle ! Laissez tomber ce téléphone et rendez-vous de suite chez un voisin ! » lui ordonna la policière, dont l'intonation trahissait l'angoisse.

La jeune fille ne se fit pas prier. Elle jetta le combiné et sans se retourner couru jusqu'à la maison voisine où elle pu trouver refuge. Les sirènes de police ne tardairent pas à briser le pesant silence nocturne marquant le début d'un balai de véhicule d'intervention et de secours.

Des enquêteurs vinrent à sa rencontre. Elle ne comprenait pas. Elle étaient perdue, choquée et depassée par les évènements.

« Mademoiselle, la maison où vous vous trouviez dispose d'une seconde ligne téléphonique à son étage. Elle se trouve dans le bureau du père de la famille, face à la chambre des enfants. » Expliquait calmement le policier.
« L'homme qui vous a téléphoné, l'a fait de ce bureau. Il était dans la maison. » Reprit le second agent.
« Et les enfants ? » Questionna la jeune femme, son visage ruisselant de larmes.
« Les enfants... Vous n'auriez rien pu faire Mademoiselle. L'individu vous aurait tuée... vous aussi... si vous aviez eu le malheur de monter. Sachez que nous allons tout faire pour coincer ce salop !»

Ainsi s'achève tristement cette histoire, bouleversant à jamais la vie de ce petit village, dont je ne parvient toujours à pas à retrouver le nom. Les parents ne purent jamais regagner leur maison et tentèrent de la vendre. Un malheur ne venant jamais seul, les horreurs de cette nuit firent tant de bruit qu'aucun acquéreur ne se présenta.
La jeune fille fut hospitalisée en urgence, elle ne se remettra certainement jamais de ce qu'elle a vécu cette nuit là. Inutile de vous dire qu'elle n'a jamais plus fait de baby-sitting.
Le meurtrier, quand à lui court toujours...

Mais, dites-moi, ne serait-ce pas le téléphone que j'entends sonner derrière vous ?"Hell is empty ; all the devils are here" - W. Shakespeare
:rire:
j'aime bien cet histoire... :rire:Saidi n'est pas dieu, mais on s'en rapproche. - Sloganazor.com :cool:
J'ai ri de la fin + Non ,c'pas le mien :rire:
Lol. :rire:
J'm'imagine que ça arrive à moi... :peur:
  • Hardertpc@1314438372
  • Laissez moi[...]derrière vous ?


Sa c'est passé en vrai ? :hap:

Mais 'jai 11 ans môa , je devrais pas lire mais bon :hap:


Mon histoire : C't'un mec qui veut te tuer et...

Bref mon histoire c'est :
Si tu lis ce message , un schokobon mutant viendras chez toi à minuit pour ...
Jouer à Transformice sur ton PC :hap: :(Si les Schokobons n'existaient pas , le monde perdrait la raison ^^ - Schokobon© Tout droit réservés :-)
-LE LOUUUPPP
-Et loup tu connais l’histoire des trois petit cochons ?
-Dit non avec la tète
-C'est l'histoire de trois petit cochons
-Qui manger
-Trois produis laitier
-par jour
-quand tout à coup
-Paf
-Paf
-Paf
-LLEEE LLLOUUUPP
Les produits laitier sont nos amis pour la vies
  • Brani@1314442039
  • -LE LOUUUPPP
    -Et loup tu connais l’histoire des trois petit cochons ?
    -Dit non avec la tète
    -C'est l'histoire de trois petit cochons
    -Qui manger
    -Trois produis laitier
    -par jour
    -quand tout à coup
    -Paf
    -Paf
    -Paf
    -LLEEE LLLOUUUPP
    Les produits laitier sont nos amis pour la vies



AAAAAAAH :peur:
Tu m'as traumatisé :honte: :snif2:


... :hap:Si les Schokobons n'existaient pas , le monde perdrait la raison ^^ - Schokobon© Tout droit réservés :-)
J'adore mon histoire ... :hap:
Je n'ose pas imaginer comment il a du flipper. :rire:
Je crois que celle qui m'a fait le plus flipper est celle de Dunlop. :oui:
Et encore.
Et le mienne :rire2:
OMG Jerry pour le Pac-man ! :rire:
Et le truc du siège de la voiture, jerry aussi. :rier:Saidi n'est pas dieu, mais on s'en rapproche. - Sloganazor.com :cool:
  • Saidi@1314450147
  • :rier:

Heu saidi c'est toi ou l'ordi ?
Il c'est trompé sur une touche, c'est pas grave. :ok:
On peut modifier le post que l'on vient d'écrire. :)
J'ai pas compris pour le truc avec les sieges de voiture :doute:Si les Schokobons n'existaient pas , le monde perdrait la raison ^^ - Schokobon© Tout droit réservés :-)
Ben en fait, le meurtrier est sur le siège arrière.

La connexion au site est requise pour pouvoir ajouter un message.