logo de TransforMice Fansitebannière de TransforMice Fansite

[JOURNAL][HISTOIRE] Le dessinforum La souricière


Le dessin. C'était sûrement l'une de ses activités favorite. Il dessinait tout le temps, c'est pour vous dire ! En cours, à la maison, quand il venait chez moi également. Il venait aussi jouer à la play, boire des sodas à n'en n'avoir plus soif, essayer des trucs que nos parents nous interdisaient... C'était le bon temps.

Il s'appelait Eliot. 15 ans, jeune adolescent plein de naiveté, d'espoir et d'orgueil, fasciné par le monde qui l'entourait. Il était considéré comme le geek aimé de tous, avec ses lunettes d'Harry Potter et son style vestimentaire plus ou moins affirmé. C'était un gars bien, gentil comme tout, qui aimait aider les autres, donner de son temps pour des personnes qui certaines fois n'en valaient pas le coup. Il faisait aussi partie des rares personnes donnant le peu d'argent qui leur restait dans leur porte-monnaie à un pauvre mendiant. Il avait un coeur, un vrai.

Malheureusement, la vie n'a pas été aussi gentille avec lui. Et je vais vous conter son histoire.

12 août 2013, vers 16h00.
La fin des cours approchaient, et les appuis en math aussi. Eliot et moi parlions souvent pendant le peu de temps qui nous restaient avant la fin de la sonnerie. Pendant que je lui racontait un sujet lambda, il dessinait. Très étonnant je vous l'avoue. Il dessinait un jeune homme et une jeune fille, assis tout deux sur un banc, dans un paysage vide, sans arrière-plan ni quoi que ce soit. Ils étaient juste là, à regarder on ne sait quoi. Il neigeait aussi.
Ce dessin m'avait un peu mis mal à l'aise. Il était rare qu'Eliot dessine sans mettre aucune couleur. Mais bon, rien de grave ne c'était passé donc j'en conclue que Eliot ne savait pas QUOI dessiner ce jour-là. Une fois ce dessin terminé, il le mit dans sa fourre bleu-jaune, de la taille d'une feuille A4. Cette fourre était un bordel ambulant, mais il la prenait toujours avec lui. Il se tourna vers moi, le sourire aux lèvres et la joie dans les yeux, et me demanda :

-Dis, tu n'aurais pas entendu parler du Deep Web par le plus grand des hasards ?
Pourquoi me sort-il cette question ? Pour quelle raison ? Je lui répondit vaguement :
-Mouais, j' suis allé une fois, mais j'ai pas trouvé ce truc vraiment génial. Pourquoi une telle question ?
-Je voudrais bien m'y connecter pour aller sur le Hidden Wiki. Tu sais comment on fait ?
-Euh...
-Mars, toi, le nolife par excellence, n'aurais-tu pas un poil de mémoire ? Cet à croire que tu ne mémorises que les raccourcis de ton clavier..., dit-il sous un air sarcastique.
-Mais si, tout à fait voyons !
-Et bien j'écoute ! Qu'attends-tu ?
-Tout de suite, maître ! (rire)

Après 2-3 explications et conseils un peu dit à la va-vite, la sonnerie rententi et nous nous empressions de sortir de ce trou à rat qu'est notre collège.
Eliot habitait à environ 10 minutes à vélo du collège, il ne se fatiguait pas trop pour y aller. Moi je suis obligé de prendre chaque matin et soir le bus. Un calvai... trajet pardon qui dure plus de 1 heure rien qu'à l'allé.
Eliot habitait dans une petite maison individuelle, avec un grand jardin. Il était seul, ni frères ni soeurs. Seuls ses parents étaient là pour l'aider. Autant dire que celui-ci était le seul espoir de sa famille. Bref.
Avant que nous nous quittions à la gare, nous croisions par pur hasard sa cousine, Fanny. Une belle brune de 16 ans, qui avait toute sa tête et qui était pleine de bonne humeur et de tendresse. Je la compare souvent à Eliot comme sa "version masculine" étant donné leur ressemblance frappante, autant au point de vue psychologique que physique. Elle et moi nous donnions rendez-vous chez elle pour certains devoirs non terminés. Après une brève discussion, nous nous quittâmes et allions tous dans nos maisons respectives.

J'avais essayé pendant toute la nuit de dormir, mais je n'y arrivai pas. Je rêvais sans cesse de ce dessin. Ces deux personnes, assises sur un banc, dans un nulle-part inconnu, ou la neige tombe sans cesse. Ce dessin était si bien fait, si beau et profond à la fois. Il était noir et blanc, un peu comme la vie d'Eliot. Comme si celui-ci voulait avec ce dessin créer une fenêtre vers un autre monde, un monde qui selon lui devrait être le paradis. Pendant toute la nuit, je faisais des hypothèses sur l'existence même de ce dessin. Mais je parvins finalement à m'endormir.

13 août 2013, 7h00.
Le bruit de mon réveil retentissait tel une alarme ayant le volume mal réglé. Le volume tellement mal réglé que mes tympans auraient dû saigner. Je pris à toute vitesse mon petit-déjeuner et enfila sans plus attendre mes habits avec une rapidité que je ne me connaissais pas. Je courra vers le bus, et m'installa comme à chaque fois vers la place en face de la porte. Une fois arrivé vers le collège, Eliot et moins courrions vers le centre commercial le plus proche afin de nous prendre à manger pour le midi. Pendant le trajet, Eliot me parla d'un rêve qu'il fit.

-Comment te le dire Mars, heum...
-Qu'il y a-t-il ?
-J'ai fais un rêve bizarre cette nuit. Tu sais, le dessin que j'avais dessiné en cours d'appui, je.. j'y étais. J'étais assis sur une chaise et une porte se trouve devant moi. Elle était blanche, blanc cassé. La poignée était de couleur or, un or un peu rouillé par l'usure, comme si cette porte avait déjà été prise par quelqu'un avant. Je l'ouvris, et là, woaw. Le paysage que je vis sous mes yeux était blanc. Blanc comme de la neige. Il n'y avait pas de ciel, n'y d'arbre, ni quoi que ce soit. Juste de la neige qui tombait abondement. Plus loin, je percu une silhouette. Une silhouette assise, assise sur un banc. Ce genre de banc que l'on retrouve dans les parcs publiques tu vois. Et donc, je m'approchais, et la une jeune femme, dont je ne pouvais voir le visage me dis :

"C'est pour bientôt Eliot, n'oublies pas de faire attention à la porte"

J'étais choqué. C'était la voix de Fanny, j'en étais persuadé ! Mais pourquoi me dirait-elle cela ? Pour quelle raison ? Un événement futur ? Une catastrophe ? Je n'en saurai probablement rien. Je fus choqué, presque un peu dérangé par ses paroles. Je lui répondit alors :

"Pourquoi une porte ?"
"Parce que les clés que tu utilises pour la fermer sont celles de la bêtise"

Mon rêve c'est terminé là. Qu'en dis-tu ?

Je fus effondré. Eliot a rêvé tout autant que moi de son dessin. Comment ? Pourquoi ? Pourquoi ce dessin ? Pourquoi Fanny ?
Les questions affluaient à vitesse grand V dans ma tête, et j'avais beaucoup de mal à répondre à Eliot tant je ne trouvais les mots.

-Je... Et bien je, je je trouve cela tout fait bizarre ! disais-je d'une voix quasi-étranglée par le doute et la peur qui m'envahissaient.
-Tu ne vais pas bien ? Tu veux aller à l'infirmerie ?
-Je... je crois que je vais... Je...
-MARS !

A suivre...HOW'S GOING BROS? MY NAME IS PEWDIEPIEEEEEEEEEEEEE o/
Complètement toque ce forum lolQuelqu'un m'as dit un jour : Si tu as des mauvais notes, bois Du COCA !!!!!!!!
toi aussi t'as eu la flemme de tout lire? :-(je suis savoyarde et fière de l'être!!
Très grand suspense ! c'est pas gentil ! je veux la suite ! pour une fois que lit des truc !

par contre relit car ya des faute de frappe "... Eliot et moins ..."Ma chaine youtube http://www.youtube.com/user/WorldOfLegoSkeleton
Tros long a lire dslSalut tous le monde!!! :) ♥

La connexion au site est requise pour pouvoir ajouter un message.